My Daily Fight **** [...DiAry Of An AnA-LyTic GirL...] ****

☼ Succulent Est Le Désarroi

Succulent est le désarroi qui nous submerge lorsque celui ci permet de faire l'impasse sur ce à quoi nous devons irrémédiablement nous atteler

La propension du malheur dépasse de loin la capacité médiocre à savourer pleinement le bonheur qui nous entoure.

Le malheur envahit l'âme jusque dans ses moindres recoins

Pandémie destructrice, il s'immisce au plus profond de soi. Insidieusement il nous ronge.

Volatile sont les bonheurs éternels qui s'éclipsent lentement pour laisser place à l'obscurité dévastatrice.

Aussi illusoire que paraissent les songes, ils nous transportent loin des souffrances qui nous accablent.

La force ne réside pas dans l'objectivité, encore moins dans la confrontation à la réalité.

Elle prend racine dans l'utopie la plus farfelu. L'optimisme même exacerbé, est le fruit du relativisme.

Qu'importe comment il me plait d'orchestrer ma vie. Ou quelles armes je déploie aux remparts de mon cœur.

L'essentiel n'est il pas avant tout d'édifier une forteresse capable de repousser toute attaque.

Dans ce monde, emplit de traitrise et d'ignominie, n'est que fou celui qui se complait dans la compassion et l'adoration.

Château de carte fébrile ou bien grilles d'aciers insurmontables, l'apparence est le plus fondamental. Ici bas, parmi ce peuple d'opprimés, hanté par le superficiel, le politiquement correct, et le socialement acceptable.

L'amour est obsolète, les sentiments vétustes, la vérité désuète, l'authenticité bafoué.

Pris à leurs propres pièges, ils ne voient pas les sombres idiots.

Lentement je m'élève, docilement je me prépare.

Aussi insignifiante qu'ils le paraissent eux-mêmes, ils ne me voient pas venir….

Aussi inoffensive qu'il veule le figurer, je me dresse, prête a frapper.

 

Car si au pays des aveugles le borgne est roi, il faut bien reconnaître qu'au village des mystificateurs, tantôt tartuffe, parfois judas, ou bien encore souvent blanche neige, je ne suis qu'un mirage de sournoiserie.

 

Je suis ce château de cartes chancelantes, s'effondrant non pas en pleine tempête, mais à la moindre brise.

Je suis cet être, trop établi, trop concrète, tout simplement trop humaine, pour tomber dans les prémices de ces artifices

Mais je suis cette femme, trop humaine pour justement les laisser me faire sombrer dans l'apitoiement.

Puisse leurs horreurs les menés si loin dans le déshonneur qu'il ne puisse jamais en ressortir la tête.

Puisse leur bêtise les perdre à jamais dans les allées sinueuses de l'enfer afin que jamais il ne sache qu'il s'égare, afin que jamais il ne puisse se repentir.

Ainsi j'avance, sereine, car si la vie n'était que ce lot de merde agglutinante au travers de ma route, je préférerais encore être de ceux, qui depuis longtemps on cessé de poser un pied devant l'autre.

J'aurais quitté la route, vers mon monde féerique

La ou au moins, je serais une femme qui à donné un sens véritable à son humaine de vie.



02/02/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres